• Gentille

Publié le par cine.gi

Gentille comédie de Sophie Fillière
avec :
Emmanuelle Devos, Lambert Wilson, Bruno Todeschini, Michael Lonsdale, Bulle Ogier, Julie Anne Roth, Nicolas Briançon, Michel Vuillermoz, Magali Woch, Gabrielle Vallières, Gilles Cohen, Hossein Ghavanloo, Eric Elmosnino, Cécile Reigher, Nicolas Vaude

durée : 1h42
sortie le 14 décembre 2005

***

Synopsis
Fontaine Leglou est médecin anesthésiste dans une clinique psychiatrique de luxe. Belle, la trentaine, elle aime son métier et elle aime Michel, son compagnon avec lequel elle vit depuis plusieurs années. Alors pourquoi, quand celui-ci la demande en mariage, Fontaine ne
sait que répondre ? Elle ne sait dire ni oui, ni non. Pourquoi cette demande qui devrait la ravir la perturbe t-elle autant ?
Peut-être parce qu’elle n’est pas insensible au charme de Philippe, l’un de ses patients, lui même médecin… Peut-être parce que Fontaine va à la fois plutôt bien mais aussi assez
mal… Il va pourtant bien falloir répondre oui ou non…

***

Entretien avec Emmanuelle Devos
- « C'est la deuxième fois que vous tournez pour Sophie Fillières. Qu'est-ce qui vous attire dans son univers ? »

Emmanuelle Devos : « Dès que Sophie m'a dit qu'elle écrivait un rôle pour moi, dont le nom était Fontaine Leglou, je lui ai dit que j'étais preneuse ! J'aime beaucoup le mélange de drôlerie et de loufoquerie de ses scénarios qui lui permet d'évoquer des choses assez violentes tout en gardant une certaine pudeur. Elle part de situations plutôt banales pour dévier vers une vraie folie. Mais ce que j'ai surtout aimé surtout chez Fontaine, la protagoniste de Gentille, c'est qu'elle ne s'excuse jamais ! Elle accumule les bourdes, sans éprouver la moindre gêne. Elle possède un culot incroyable, contrairement à moi qui ai tendance à rougir dès que je me sens confuse. Et pourtant, Sophie a véritablement écrit le personnage de Fontaine en pensant à moi. C'est qu'en réalité, elle est très attentive aux comédiens : elle a su d'instinct le type de dialogue qui pouvait parfaitement me convenir, même si je ne ressemble pas complètement au personnage… »



- « Les scénarios de Sophie Fillières sont-ils très écrits ? »

E. D. : « Absolument ! C'est assez rare que je travaille comme cela, mais, avec elle, je m'efforce d'apprendre mon texte très longtemps à l'avance : sur GENTILLE, je m'y suis mis un mois avant le tournage pour bien saisir le rythme particulier du film - d'autant qu'il s'agit souvent de répliques qui flirtent avec l'absurde. Sophie invente même des mots, comme “fucking-ment à toi” ! Car, à mon sens, ses films reposent beaucoup sur le dialogue. Même si, dans Gentille, j'ai eu le sentiment qu'elle s'est davantage rapprochée du corps que dans Aïe. »

- « Fait-elle beaucoup de répétitions ? »

E. D. : « Nous avons fait une lecture en amont du tournage, mais Sophie n'a pas beaucoup besoin de parler aux comédiens. Ou plutôt, elle s'est davantage entretenue avec Lambert Wilson et Bruno Todeschini qu'avec moi - à tel point qu'un jour j'ai fini par lui dire Et moi ?” Elle m'a alors répondu : “Dans ma tête, tu es Fontaine depuis si longtemps que je n'ai rien à te dire !” Elle m'a seulement demandé d'être moins émotionnelle et plus désinvolte, en insistant sur le fait qu'il s'agissait d'une comédie. Par exemple, quand on a tourné la scène où je retire mon patch, juste avant de rencontrer le cracheur de feu, j'ai senti une grande mélancolie s'abattre sur moi, et Sophie m'a alors demandé d'aller beaucoup moins dans l'émotion. Il y a même une séquence entre Bruno et moi, où je me mettais à pleurer, qu'elle n'a pas gardée au montage. »

- « Vous aimez le registre de la comédie ? »

E. D. : « J'adore, mais c'est un registre délicat pour moi où je ne me sens pas à l'aise - et c'est justement pour cela que j'ai envie d'y aller ! Je ne suis pas une actrice comique, mais j'arrive à me laisser aller quand on me met dans des situations ridicules. »

- « Quel est votre regard sur les personnages masculins du film ? »

E. D. : « J'ai le sentiment que les hommes représentent comme un danger pour Fontaine. Le personnage de Bruno Todeschini renferme à la fois une dimension très inquiétante et une grande part de bonté. Quant à Lambert Wilson, il campe un être abîmé, imprévisible, mais attachant en même temps. »



- « Vous semblez plus à votre aise dans un univers étrange et poétique, comme celui de Sophie Fillières, que dans un registre plus réaliste… »

E. D. : « Absolument ! Car, pour moi, l'univers de Sophie correspond davantage à ma propre réalité. Je reçois sans cesse des scénarios abordant des thématiques “sociologiques” qu'on trouve dans des magazines comme L'Express ou Le Nouvel Observateur : le divorce des trentenaires, la famille recomposée, travailler chez soi…
Il n'y a rien qui me rende plus hystérique ! Je suis plus séduite par des scénarios que je n'ai pas besoin d'analyser : je comprends les attentes du metteur en scène en tant que comédienne - au niveau du jeu - mais je ne cherche pas à décrypter les intentions générales de l'auteur. Pour moi, il s'agit essentiellement d'un exercice de style, ce qui n'implique pas - bien au contraire - que je reste à la surface du personnage.
»

- « Vous n'aviez jamais tourné avec Lambert Wilson… »

E. D. : « Cela a été une vraie rencontre. D'ailleurs, les scènes que j'ai tournées avec lui sont celles que j'ai préférées, tellement elles sont délirantes ! Chaque fois qu'on s'est revu depuis la fin du tournage, on a continué à mimer certaines des séquences où on est sur le point de s'embrasser sans jamais y parvenir ! Même au théâtre où nous jouons ensemble dans une pièce de Strindberg, on repense au film de Sophie Fillières, et on est tenté de reprendre certaines mimiques et expressions… »

- « Voyez-vous une évolution entre Aïe et Gentille ? »

E. D. : « J'ai le sentiment que Sophie a réussi à ramener sa loufoquerie vers quelque chose de plus construit, et donc de plus accessible. Elle a mêlé à sa fantaisie davantage de quotidien, qui donne plus de proximité aux personnages. C'est peut-être moins délirant mais, du coup, plus profond aussi. »



***

Fiche technique
Scénario et réalisation : Sophie Fillieres
Image : Christophe Pollock
Son
: Frédéric Ullmann
Montage
: Valérie Loiseleux
Montage son
: Bernadette Thiboud
Mixage
: Jean-Pierre Laforce
Décors
: Antoine Platteau
Costumes
: Laurence Struz
Maquillages
: Michel Vautier
1er assistant réalisateur
: Olivier Genet
Scripte
: Shirel Amitay
Casting
: Yann Coridian
Photographe de plateau
: Stéphane Milon
Régie générale
: Cécile Navarro
Direction de production : Christian Lambert
Un film produit par
: Martine Marignac et Maurice Tinchant
Une co-production
: Pierre Grise Productions / Arte France Cinéma
Avec la participation de
: Fmb2 Films, Centre National De La Cinématographie, Canal + et Tps Star
Avec le Soutien de la région Ile-De-France et de la .Procirep
Développé avec le soutien du programme Média de l'Union Européenne

***

présentation réalisée avec l’aimable autorisation de
remerciements à Lize Zipci et Mathieu Berthon
logos, textes & photos © www.filmsdulosange.com

Publié dans PRÉSENTATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article