Belzec

Publié le par cine.gi

AVANT-PREMIÈRE


en salle à partir du mercredi 23 novembre


vue du camp d’extermination de Belzec Pologne, 1944 après sa destruction :
une remise des chemins de fer où les biens des victimes étaient entreposés

documentaire très poignant...

petite parenthèse pour vraiment insister et dire aux personnes qui aiment le cinéma, de ne pas hésiter à venir aux avant-premières en présence du réalisateur et/ou des acteurs, c’est toujours très intéressant d’avoir des éclairages sur la création, les choix, les motivations des artistes et puis il y a des moments de grâce comme à cette avant-première de Belzec où guillaume moscovitz, visiblement encore très choqué par la (non) découverte de ce camp de concentration, s’est livré sur ces axes de traitements dans la réalisation de son film, dont la genèse est très certainement lié au douleureux drame familial... c’est une des plus émouvantes rencontres à laquelle j’ai assité. félicitations encore à toute l’équipe de star / star st exupéry pour la qualité de leur programmation...


Stéphane Libs avec Guillaume Moscovitz au cinéma star pour l'avant-première "Belzec"

ce documentaire parle du premier camp d’extermination (dans le cadre du plan nazi d’extermination des juifs de la pologne occupée), à travers les questions / réponses et les témoignages de villageois (n’ignorant rien de ce qui se passait réellement dans ce camp) et en contrepoint à l’absence de survivant de ce camp, celui de braha rauffman racontant ses souffrances physiques et angoisses de petite fille, afin de survivre plus d’une année cachée et d’échapper au sort tragique des 600 000 hommes, femmes et enfants assassinés de mars à octobre 1942 sur un espace restreint - 257 mètres de long sur 263 mètres de large - à Belzec...


Guillaume Moscovitz réalisateur de "Belzec"

guillaume moscovitz démonte avec plein de subtilités, les mécanismes de l'oubli et de l'effacement transcendé et immortalisé sur la pellicule, à l’image par exemple de ce vieil homme dessinant la constitution des baraquements du camp sur le sol, et la fin de gommer toute trace de son dessin, d’un balayage de chaussure...
il montre aussi un tronc commun basique de souvenirs de ces habitants ayant vécus ces évènements, à savoir la peur, les cris et l’odeur des cadavres... et également une réalité certaine des tueries perpétuées dans ce camp à travers les mouvements de caméra sur cette peinture témoin...
je vous recommande ce très beau documentaire qui participe du devoir de ne jamais oublier...


arrivée d'un convoi à Belzec

liens
site internet de Belzec
Le camp de
Belzec
plan du camp de Belzec
photos de Belzec
source



peinture représentant le camp d'extermination de Belzec
photos 67-ciné.gi © 2005, tous droits réservés
remerciements à l'équipe du

Publié dans AVIS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article